Distinguer la bronchite, la pneumonie et la toux ? Comment les soigner ?

La bronchite se caractérise par une inflammation des bronches, conduits qui mènent l’air inspiré de la trachée aux poumons, alors que la pneumonie est une maladie infectieuse des poumons. La toux n’est pas une maladie mais un symptôme.

La cause la plus fréquente de bronchite est l’infection virale alors que la pneumonie est le plus souvent provoquée par une bactérie.

Comme toujours pour les maladies infectieuses des mesures d’hygiène s’avèrent indispensables pour éviter de contracter une bronchite ou une pneumonie.

Egalement, des plantes comme le thé vert ou la canneberge présentent des propriétés anti-virales ou antibactériennes qui diminuent les possibilités d’infection.

Qu’est-ce que la bronchite ? Quelles sont les causes ? Les symptomes ? Les complications ?

La bronchite se caractérise par une inflammation des bronches qui correspondent aux conduits qui mènent l’air inspiré de la trachée aux poumons. L’inflammation rend la respiration plus difficile, car les parois des bronches sont enflées et produisent une quantité importante de mucus. Elle survient le plus souvent à l’automne ou à l’hiver.

La bronchite présente une toux profonde. Il peut y avoir des expectorations visqueuses de couleur claire, jaunâtre ou verdâtre, des frissons, une fatigue, une baisse d’appétit, des maux de tête, des courbatures physiques et de la fièvre. On peut également observer une douleur à la poitrine et une impression de compression des poumons. Parfois, la bronchite s’accompagne d’une sinusite, d’une pharyngite ou d’une laryngite.

La cause la plus fréquente de bronchite est l’infection virale contagieuse. Les virus sont inhalés, puis se propagent jusqu’aux bronches. Souvent, un rhume ou une grippe précède la bronchite. Plus rarement, l’infection peut être causée par des bactéries suite à une surinfection bactérienne favorisée par le déficit immunitaire local temporaire créé par les virus. L’inhalation de fines particules dans l’air qui irritent les poumons, comme celles contenues dans la fumée de cigarette et les émanations d’un poêle à bois, peut déclencher une bronchite. Enfin, une bronchite aiguë peut aussi être un signe d’asthme.

> En savoir plus sur la pharyngite, la laryngite et l’angine

> Tout savoir sur le rhume, la rhinopharyngite et la sinusite

> En savoir plus sur la grippe

> En savoir plus sur les germes, virus et bactéries, responsables de bronchites

Comment prévenir et soigner la bronchite ?

Pour éviter les bronchites, quelques habitudes de vie peuvent être pris en compte comme ne pas fumer, se reposer, pratiquer l’exercice modérément, mais régulièrement, et manger de façon saine. Dans la mesure du possible, il faut éliminer les irritants aériens qui aggravent ou déclenchent les malaises respiratoires comme la fumée, les gaz toxiques, les poussières en milieu de travail, etc. Il est important de se prémunir contre les infections banales, comme le rhume et la grippe, puisqu’elles précèdent souvent la bronchite. Quelques mesures d’hygiène fort simples en minimisent le risque comme se laver fréquemment les mains et éviter les espaces confinés en présence de personnes infectées. Pour les personnes à la santé fragile, la vaccination contre la grippe et contre la pneumonie peut réduire le risque de contracter une bronchite.

Même si la bronchite aiguë se guérit généralement d’elle-même, il est important de consulter un médecin afin d’avoir un diagnostic précis, surtout s’il y a une fièvre importante, un essoufflement, des crachats contenant du sang, des douleurs à la poitrine ou une sensation générale de faiblesse qui s’accentue. Le médecin ausculte les poumons à l’aide d’un stéthoscope et fait des recommandations spécifiques en fonction de la cause de la bronchite et des symptômes rapportés. Dans les cas plus graves, si le médecin soupçonne une pneumonie ou un autre problème pulmonaire, une radiographie des poumons peut être indiquée.

Pour soigner la bronchite, il est nécessaire de prendre du repos, de bien s’hydrater, de boire beaucoup d’eau et de boissons chaudes, des bouillons ou comme des tisanes. Par exemple, des plantes comme le thé vert ou la canneberge présente des propriétés anti-virales ou antibactérienne, notamment contre le Streptococcus pneumoniae ou Moraxella Catarrhalis. En effet, ces bactéries sont responsables de la plupart des surinfections des bronches et donc des bronchites bactériennes.

> En savoir plus sur l’efficacité des polyphénols de thé vert contre les infections virales

> En savoir plus sur l’efficacité des polyphénols de Canneberge et de Sureau noir contre le Streptococcus pneumoniae et Moraxella Catarrhalis

Pour aider à liquéfier le mucus et favoriser son expulsion des bronches, il est necéssaire de maintenir un taux d’humidité de 30 % à 50 % à l’intérieur, en ventilant bien les pièces. On peut également utiliser un médicament fluidifiant bronchique bien que, selon les études, il ne soit pas certain que ces médicaments soient réellement plus efficaces qu’un placébo. En cas de respiration sifflante ou de râles, l’usage d’un médicament ayant pour effet d’ouvrir les bronches aide souvent et doit être prescrit par le médecin. En cas de fièvre, le paracétamol ou l’ibuprofène peuvent apporter un soulagement. L’aspirine ne doit pas être utilisé chez l’enfant en raison de risque de complications graves comme le syndrome de Reye.

Dans la grande majorité des cas, la bronchite est causée par un virus. Dans ce cas, les antibiotiques ne sont alors d’aucune utilité. Toutefois, si une infection bactérienne est diagnostiquée, des antibiotiques peuvent être prescrits.

Qu’est-ce qu’une pneumonie ? Quels sont les causes et les symptômes ? Comment l’éviter et la soigner ?

La pneumonie est une maladie infectieuse des poumons provoquée le plus souvent par une bactérie, parfois par un virus ou un champignon. Il s’agit d’une maladie potentiellement grave pouvant se développer chez n’importe quel individu, mais elle est plus dangereuse chez les personnes fragiles comme les petits enfants, les personnes âgées ou encore celles qui souffrent de diabète, de maladies pulmonaires ou cardiaques de type chronique. Le nombre de cas de pneumonie est plus élevé en hiver et se manifeste davantage chez les fumeurs.

Certains facteurs peuvent favoriser le développement d’une pneumonie : c’est le cas si vous souffrez d’une grippe ou d’un refroidissement, d’une bronchite, d’une rougeole, d’asthme, d’une maladie cardiaque, notamment chronique, du SIDA, d’un cancer, d’un diabète. Le tabagisme augmente le risque de souffrir de pneumonie ainsi que la prise de certains médicaments comme des corticoïdes ou une chimiothérapie, car le système de défense au niveau des voies respiratoires est affaibli.

La pneumonie est contagieuse. Plusieurs bons conseils aident à soigner et prévenir la maladie : bien se laver les mains, éviter le contact avec les personnes infectées et arrêter de fumer. Un point important au niveau de la prévention est la vaccination contre le pneumocoque et la grippe (cause indirecte importante de pneumonie).

En cas de pneumonie, les alvéoles se remplissent de pus et de liquide, ce qui rend la respiration douloureuse et limite l’absorption d’oxygène. Les principaux symptômes de la pneumonie sont la toux, une respiration rapide, de la fièvre, une douleur au niveau du thorax et de la fatigue. Le diagnostic est principalement réalisé grâce à des examens cliniques, une observation des symptômes ainsi qu’une radio aux rayons-X du thorax.

Il est nécessaire de consulter un médecin dans tous les cas lors de suspicion de pneumonie mais il s’agit d’une urgence médicale lorsque le mucus est de couleur sang ou brun ou encore il y a des difficultés à respirer. Les complications de la pneumonie peuvent être nombreuses et aboutir, dans certains cas, à un décès.

Le traitement va dépendre de la cause. Si la pneumonie est provoquée par une bactérie, le traitement reposera sur des antibiotiques : pénicilline ou ses dérivés (amoxicilline), macrolides, céphalosporines de 3ème génération, etc. Si la pneumonie est causée par un virus, il s’agira de traiter les symptômes en abaissant la fièvre par exemple avec du paracétamol ou de l’ibuprofène.

Qu’est-ce que la toux ? Quelles sont les différentes types de toux : toux sèche, toux grasse… Comment les soigner ?

La toux est un mécanisme de défense pulmonaire fondamental qui permet l’expulsion de substances indésirables et irritantes. La toux n’est pas une maladie mais est un symptôme.

La toux peut avoir de nombreuses causes. En automne et en hiver, l’une des causes les plus fréquentes de la toux est une maladie infectieuse affectant les voies respiratoires supérieures souvent d’origine virale ou bactérienne. Une toux, surtout si elle est chronique, doit être prise très au sérieux dans la recherche de la cause car elle peut être le signe d’une maladie plus grave comme l’asthme ou même un cancer.

Il existe différentes type de toux : la toux sèche, la toux grasse, la toux chronique et la toux médicamenteuse.

La toux sèche est souvent l’un des premiers signes du refroidissement. Elle se transforme souvent après quelques jours en une toux grasse ou productive.

La toux grasse ou toux productive ramène une expectoration, utile pour dégager les voies respiratoires. Les origines d’une toux grasse peuvent être la bronchite, l’emphysème, la phase avancée d’un rhume…

La toux chronique est une toux qui persiste pendant plus de 2 mois et est toujours le symptôme d’une maladie sous-jacente. Il est conseillé de consulter rapidement un médecin pour ce type de toux. Les origines possibles d’une toux chronique peuvent être la BPCO (toux du fumeur), un problème ORL (oreilles, nez, larynx), l’asthme, une bronchite chronique, le tabac, un cancer, un reflux gastro-oesophagien…

Il existe des toux sèches qui ne durent que le temps de la prise de certains médicaments comme certains médicaments contre l’hypertension.

Le traitement de la toux varie en fonction de la cause. On essayera toujours de soigner l’origine de la maladie. Dans certains cas on pourra seulement traiter les “symptômes” et le médecin ou le pharmacien vous prescrira des antitussifs en cas de toux sèche ainsi que des fluidifiants en cas de toux grasse même si ces derniers n’ont pas véritablement fait preuve de leur efficacité versus placébo. Chez les enfants de moins de 2 ans, les antitussifs ne sont pas recommandés sans un avis médical.

La phytothérapie peut être une très bonne alternative, en particulier lors de toux grasse. Il existe un très grand nombre de plantes médicinales pour prévenir ou soigner cette affection. Mentionnons ici les principales plantes utilisées : le thym, la racine de guimauve, les bourgeons de sapin ou la pulmonaire. Egalement, comme vu précédemment, des plantes, comme le thé vert ou la canneberge, peuvent permettent de soigner les toux d’origine virale ou empêcher le développement de certaines bactéries comme le Pneumocoque.

La bronchite, pneumonie et toux

Prévenir et soigner l'ETAT GRIPPAL au naturel

A base de polyphénols de Thé vert, Canneberge et Sureau noir. Complément alimentaire contenant de la vitamine C et du cuivre.


La bronchite, pneumonie et toux

TROUVER nos produits ?

En pharmacie ou droguerie en Suisse


ACHETEZ en ligne sur my-parapharmacy

ACHETEZ en ligne sur my-parapharmacy






La bronchite, pneumonie et toux

Vous avez une QUESTION?

Particulier, professionnel de santé, point de vente, revendeur, journaliste, bloggueur…

Découvrez les produits elveapharma

Sélection de la devise